Les caractéristiques de la surface d’un papier censées véhiculer le lissé ou la texture. Des exemples comprennent : lissé, super lissé, vélin, tissé et antique.

Un apprêt ou fini de papier lisse et uniforme ne présentant aucune texture.

Un apprêt de papier caractérisé par une surface légèrement rugueuse ou en relief. Il ne faut pas confondre l’apprêt ou le fini vélin avec le papier vélin, qui est un papier translucide utilisé principalement pour le dessin.

Mesure dans laquelle la surface d’un papier reflète la lumière de toutes les longueurs d’onde du spectre visible.

La brillance est le quotient d’intensité lumineuse émise par la surface de la page à une certaine longueur d’onde (457 nanomètres) et dépend de l’apparence plus ou moins claire ou foncée de la feuille. Le contraste des encres noires et l’éclat des couleurs dépendent du degré de brillance d’un papier. Les papiers à faible brillance sont habituellement utilisés dans le cadre de l’impression de livres ou d’ouvrages éphémères à lire et se départir.

Le collage « dans la masse » agit sur le pouvoir absorbant, la solidité et la stabilité du papier. Le collage « en surface » augmente la résistance à la pénétration de l’eau, de l’encre ou d’autres liquides, scelle les fibres de surface et solidifie la surface de la feuille. Les agents de collage les plus répandus sont la résine, la colle, les résines de gélatine à base d’amidon, les cires, etc.

Mesure dans laquelle un papier peut passer dans un équipement d’impression, de façonnage ou autre matériel de traitement sans bourrage, rupture et sans occasionner de défaillance mécanique.

L’épaisseur d’une feuille de papier exprimée en millièmes de pouce ou points.

Fibre dérivée de papier préalablement fabriqué et consommé, puis jeté à l’issue de son cycle de vie initial.

Fibre dérivée d’une source de bois employée pour la première fois dans la fabrication du papier, non recyclée.

Une qualité mesurée en testant la résistance à l’éclatement, aux déchirures, à la tension et au pliage, dont chaque test mesure l’aptitude du papier à supporter des forces dans différentes directions.

Un format de feuille standard est utilisé pour déterminer le poids de base d’une catégorie de papier donnée. Le format standard varie selon la catégorie ou le type de papier, et il dépend de l’usage final classique.

On évalue la formation d’une feuille en examinant sa structure et l’uniformité de sa surface à travers une source lumineuse, par transparence. Les papiers qui ont une bonne formation résistent aux marbrures lors de l’impression et présentent une opacité plus uniforme.

La tendance d’une feuille de papier à se courber, soit par dessein (dans le cas des papiers de bureau), soit de façon indésirable (à cause d’un mauvais équilibre d’humidité dans la feuille).

Direction dans laquelle sont orientées les fibres du papier sur la machine à papier. Les activités de pliage et de rainage sont plus réussies lorsqu’on suit le sens du grain. Le grain joue aussi un rôle dans la résistance à la déchirure, la rigidité et la stabilité dimensionnelle.

Quantité d’eau contenue dans un papier exprimée en pourcentage rapporté au poids total. Toutes les catégories de papier nécessitent un taux d’humidité uniforme.

Teneur d’humidité dans l’air exprimée en pourcentage de la quantité maximale d’eau pouvant être contenue dans l’air à une température donnée. Les conditions d’impression idéale exigent une H.R. de 45 %.

Désigne la technologie d’impression par laquelle une image numérique est reproduite en pulvérisant des gouttes d’encre (ou de colorant) liquide microscopiques sur la surface du papier.

Technique d’impression par laquelle des documents ou images sont transmis par un fichier électronique transmis à partir d’un ordinateur ou autre dispositif de stockage numérique à l’imprimante, qui peut être une presse numérique ou un dispositif à jet d’encre. L’impression numérique se prête tout particulièrement aux tirages plus faibles.

Processus par lequel on produit plusieurs impressions d’une image originale en transférant les encres d’une plaque sur les blanchets ou rouleaux en caoutchouc, puis sur la surface du support d’impression. L’impression offset convient particulièrement aux tirages plus grands.

Le degré de performance d’une feuille particulière relatif à la réceptivité de l’encre, l’uniformité, le lissé, la compressibilité et l’opacité.

L’uniformité ou le manque de contour de la surface d’une feuille non couchée.

État d’un papier qui ne se laisse pas traverser par la lumière et propriété qui fait que les objets ou les caractères ne peuvent être vus à travers la feuille. Cette caractéristique est particulièrement importante lorsque l’on imprime en recto verso. L’opacité a également un effet sur la lisibilité et l’apparence générale de l’imprimé. On obtient plus d’opacité en diffusant, absorbant ou reflétant la lumière. Les pigments opaques, comme le dioxyde de titane et le carbonate de calcium, diffusent la lumière, alors que les colorants bleus et violets l’absorbent.

Papier adapté aux chèques ou autres documents commerciaux pouvant être imprimés avec une encre magnétique. Les documents peuvent être lus par un matériel de traitement des données au moyen de la reconnaissance de caractères magnétiques.

Collectivement, un ensemble d’au moins deux papiers conçus pour transférer les images par pression de la feuille de dessus sur une ou plusieurs feuilles en dessous, sans utiliser de feuilles de carbone.

Papier écriture solide et durable utilisé au départ pour les titres financiers, désormais employé pour les en-têtes et autres papiers à lettres.

Le papier lourd ou épais (généralement de 6 points ou plus) est couramment utilisé à des fins de classement ou d’envoi postal.

Également désigné sous le nom de papier cartonné, ce papier lourd est destiné à une utilisation sous forme de livret, couverture de magazine ou brochure.

Papier destiné à être utilisé comme matériau de base dans le cadre d’un procédé de transformation afin de créer un autre produit de papier. Des exemples comprennent des enveloppes, sacs en papier, tablettes de papier et formulaires.

Un papier cartonné durable et lourd couramment utilisé pour produire des étiquettes, cartes postales, cartes de restaurant et chemises.

Papier contenant moins de 10 % de pâte mécanique.

Un papier cartonné lourd généralement utilisé pour les chemises et cartes.

Un papier solide fabriqué à partir de pâte au sulfate et généralement utilisé pour produire des enveloppes et des sacs.

Papier caractérisé par un niveau élevé d’opacité et une transparence réduite au maximum.

Papier spécialement fabriqué pour être transformé en enveloppes.

Le poids en livres par rame de papier coupé à son format de base. Une rame standard se définit par 500 feuilles de papier.

Moyen par lequel un poids de base particulier peut être comparé à un autre papier dont le format de base diffère. Il représente le poids de base exprimé en fonction d’un format de base différent.

Désigne la résistance d’un papier à se laisser pénétrer par l’air. Un indice élevé signifie une faible porosité.

Mesure de résistance du papier à la pression.

Mesure de la force requise pour déchirer le papier.

Force maximale requise pour casser une bande de papier.

Le nombre de doubles plis qu’un papier peut supporter sans déchirure, sous tension constante.

Mesure dans laquelle le papier résiste aux courbures.

La plus grande largeur de feuille d’un papier fini pouvant être découpée sur une machine à papier ou les chutes inutiles découpées sur un rouleau de papier pendant le façonnage. Le gaspillage est minimisé en utilisant la largeur de la feuille la plus complète (rognage) en produits finis.

Une feuille de papier dans laquelle les fibres sont alignées parallèlement au bord long. Une dimension supérieure indiquée en dernier signifie un sens machine sur longueur (11 x 17 pouces).

Une feuille de papier dans laquelle les fibres sont alignées parallèlement au bord court. Une dimension inférieure indiquée en dernier signifie un sens machine sur largeur (17 x 11 pouces).

L’association technique de l’industrie des pâtes et papiers, Technical Association of the Pulp and Paper Industry, est un organisme professionnel réputé qui a établi des normes techniques et procédures de test reconnues relatives à la fabrication et à l’emploi des pâtes et papiers.

Erreur 404 !
Erreur 404 !

Ooops! Nous avons récemment mis à jour notre site Web et quelqu'un pensait que cette page était recyclable... Utilisez notre fonction de recherche pour trouver ce qui vous intéresse. 

Close